Eh ben, les amis, quelle 1ere journée ! Arrivés ce matin à 5h40, nous nous couchons à 22h après avoir :

 

  • Sauté dans un taxi, jaune bien sur, et atteint le quartier Cosme Velho en moins de 30’, non sans avoir longé au passage le fameux ‘Sambadrome’ (1km de tribunes en béton édifiées pour les défilés du carnaval) ;

 

  • Installé nos petites affaires dans une espèce de petit palais privé (propriété d’une famille amie de Didier) en haut d’une rue pavée ondoyante mais qu’on dirait tout droit sortie du 19eme siècle… Chambre avec terrasse donnant sur la forêt primaire des contreforts du Corvovado, sdb, cuisine, couple de domestiques résidentes, nous nageons en pleine irréalité…

 

  • Grimpé - dans le funiculaire - en haut du Corcovado ( = bossu en brésilien, ce qui désigne non pas le Christ de 30m de haut sculpté et offert par la France, mais le monticule de 600m de haut sur lequel il est érigé) et pris notre premier café brésilien en contemplant ces lieux et plages mythiques aux noms si évocateurs que sont Flamengo, Botagogo, Copacabana, Ipanema,… Bref, nous y sommes !

 

  • Pris une petite collation (jus d’orange pressée dans un petit bar-bazar de coin de rue) et fait quelques emplettes avant de nous écrouler pour une petite sieste réparatrice (env 2h) ;

 

  • Pris le bus 582 Circular 2 Leblon-Urca (sic) à travers une grande partie de la ville jusqu'au pied du Pao de Azucar (Pain de Sucre), puis les deux télécabines successives qui conduisent à son sommet, pour contempler à nouveau mais au soleil couchant cette vaste métropole (6M au bas mot) répandue sur une gigantesque et superbe baie bordée de collines (morros), où se côtoient gratte-ciels du centre des affaires, belles demeures des années 1900 et favelas rampant tout en haut des ravines (il y en aurait… 1027, où s’entassent 20% des ‘cariocas’) ;

 

  • Marché jusqu'au quartier Urca (nous qui venons d’Urac…), sorte de petite ‘réserve’ bourgeoise récupérée sur la mer, où la nouvelle Mme Lamaison (Myriam et Didier viennent de se remarier à 70 ans) nous accueille chaleureusement dans sa jolie maison à la façade végétalisée pour un succulent diner de sa confection et un bavardage bien sympa sur Rio, Paris, le Brésil, nos vies ;

 

  • Sauté dans un Uber (oui, ça marche très fort ici aussi, pour 20-30% moins cher que le taxi), à katogan, qui nous dépose ‘chez nous’ à 22h...

 

Au terme de cette harassante mais fabuleuse première journée, nos interrogations de la veille nous semblent bien loin…

 

 

Autres photos à suivre dans message(s) suivants…