Brasilia, c’est fait. Donc, après un long et savoureux ‘café da manha’, nous partons en voiture pour l’aéroport, 17 km c’est pratiquement la porte à côté… Nous avons laissé beaucoup de temps devant nous (décollage 11h45), bien nous en a pris. Car, aussi incroyable que cela puisse paraître, aucune signalisation pour trouver les loueurs de voitures… Une bonne heure plus tard, avec l’aide d’un brésilien anglophone qui accompagnait sa femme à l’aéroport, et en repartant pratiquement jusqu’au centre, nous sommes parvenus à nos fins. Mais quel cirque !

 

A 13h, nous atterrissons à Salvador, et nous voici attendant le bus avec un gentil jeune qui, ô bonheur, parle l’espagnol (c’est un argentin qui tient un bar à deux pas de notre pousada !) et nous accompagne, 1h d’attente + 1h1/2 de bus plus tard, pratiquement devant notre ‘hôtel’. Mais, sans doute pour ne pas faire mentir le Routard, à peine avons-nous mis le pied par terre que des hurlements se font entendre : « ladrao, ladrao ! » Un gars passe devant nous au sprint, un autre tente de l'attraper, et une voiture de police toutes sirènes hurlantes le traque plus haut dans la rue…

 

Installation dans la Amber Pousada, chambre un peu spartiate, changement d’habits, et promenade jusqu'à la plage à 300m. Il fait chaud, mais avec un petit vent, et tout le monde est dans l’eau autour du phare historique (farol) de ce quartier de Salvador, La Barra. Nous cherchons et finissons par trouver un ‘buffet’ encore ouvert à 17h, en fait juste en face de la pousada, où nous achetons au poids deux assiettes pleines.

 

Et nous assistons, assis sur le balcon, au coucher de soleil sur l'océan.

 

Demain, le centre historique de Bahia, le Pilourinho.