Comme nous en sommes presque au terme de notre étape brésilienne, voici une petite collection de ce que nous avons trouvé astucieux, drôle, surprenant ou renversant :

 

Tourniquet dans les bus : impossible de tricher, on monte à l’avant, on paye au chauffeur ou à un(e) employé(e), puis on passe un tourniquet (difficile à manœuvrer), et on descend par le milieu ou l'arrière ; entretemps on se cramponne comme on peut…

 

Lombada sur les routes : Il ne s’agit pas de danse mais de ralentisseur type ‘gendarme couché’, toujours très marqué, le plus souvent annoncé, mais pas toujours…

 

Puxe, empurre : Sur les portes des lieux publics, ‘empurre’ c’est pousser, et ‘puxe’ c’est… tirer

 

Cafe da manha : c’est le petit dej, toujours ‘compris’, un super buffet avec, en general : des (vrais) jus de fruits (laranja, maracuja, goiava, acerola, etc.), du salé chaud (œufs brouillés, saucisse, tapioca, polenta, manioc,…), du salé froid (jambon, tranches de fromage,…), du sucré (gâteau jaune du jour, petites boules ou petits croissants au fromage,…), des fruits (papaye, qui se dit…mamao, mangue, melon blanc, pastèque, bananes,…), et du café à volonté, toujours au chaud dans un grand conteneur ; on comprendra donc que le ‘café da manha’ est le plus souvent notre unique repas du jour !

 

Réseau routier remarquable : Quand on considère l'énormité du pays, on ne peut qu'être émerveillé par la qualité du réseau routier, de quelque niveau qu’il soit, avec en particulier des peintures en très bon état, notamment la double ligne jaune que l’on pense infranchissable mais qui ne sert vraiment qu'à indiquer le milieu de la route...

 

Salles d’eau à surprises : pas de bouchon dans les lavabos (ou très rarement) ; un seul robinet (eau chaude pas vraiment nécessaire par 30 degrés) ; mais douche avec tête/pomme chauffante (!) qui fonctionne très bien ; lunette de WC souvent en plastique gonflé (très pneumatique) ; et surtout pas de papier hygiénique dans la cuvette mais dans la poubelle à côté (comme souvent en Asie).

 

Habillement sans contrainte : C’est peut-être le plus frappant, cette absence apparemment totale de code/contrainte/tabou dans l’habillement, valable pour tout genre, tout âge, et toute classe sociale ; et à toute heure du jour ou de la nuit, et quelles que soient les circonstances ; mais il faut dire que par 30 degrés, c’est plus facile…

 

Un pays sans fumeurs ? Mais où sont-ils donc les fumeurs brésiliens ? Nous en avons vu si peu que nous nous sommes mis à les… compter ! Et un coup d’internet nous le confirme : alors que la proportion de fumeurs tend globalement à stagner dans le monde, principalement du fait de la croissance démographique, au Brésil elle est passée de 29% en 1990 à… 12% l’an dernier !!!

 

Un peuple de métis  : Aborigènes (‘indiens’…) + Africains + Européens, un beau mélange à travers plus de cinq siècles, qui donne aujourd’hui toutes les teintes de peau, de la plus ‘blanche’ à la plus noire, en passant par toutes les nuances de cuivre, un peu comme à La Réunion. Même les ‘blancs’ n’ont que 75% de sang européen. Le problème est que chaque teinte correspond pratiquement à une classe sociale, et que la hiérarchie résultante est identique à ce que l’on constate ailleurs. Il n'est que de regarder la télé pour s’en convaincre… Pour finir par une blague concernant la prétendue beauté du peuple brésilien, on peut dire avec ce copain qu’un métissage entre indiens, bantous et… portugais ça ne saurait donner des 1ers prix de beauté !

 

Musique, musique, musique ! Partout, partout, tout le temps, et de préférence à plein tube, la musique est indissociable du Brésil et de son peuple : samba, bossa-nova, lambada, macarena,… mais aussi du rock, classique comme ‘alternatif’ ou bien sur... chrétien ! En revanche impossible d’accrocher l'équivalent de France Musiques ou de Radio Classique dans une voiture.

 

Une nourriture roborative : Sans vouloir déflorer l’article que Sue prépare sur la question, juste un mot sur l’ordinaire, ou plutôt sur le buffet libre-service classique que l’on peut trouver le plus souvent (‘rodizio’) : à la base le riz (pas de pain à table) et les haricots rouges ou bruns en sauce, de la semoule de maïs, du manioc réduit en poudre, un peu de ‘salade mixte’, et voilà ! Parfois du poulet rôti, quelques légumes bouillis, du manioc étuvé, des frites,…

 

Un pays sans moustiques !!! Voilà plus de 3 semaines que nous voyageons entre tropique et Equateur, et Sue n’a toujours pas eu sa première ‘vraie’ piqure ! Et 36 heures au royaume absolu du moustique, le delta amazonien : toujours rien. Vraiment difficile à croire, mais il faut se poser la question : le Brésil est-il devenu un pays sans moustiques ??? Serions-nous à l’aube d’un ‘mosquito-gate ?

 

Où est le café du Brésil ? La voilà la vraie affaire : le ‘café-gate’. Comment expliquer que chez le 1er producteur et 1er consommateur de café du monde, le café ne soit servi que dans des petits gobelets de plastique brulants et… noyés de sucre ! Sirop imbuvable, sans doute l'équivalent de 5-6 morceaux dans moins de 10 cl ! En fait, tout s’explique quand on réalise que le Brésil est aussi 1er producteur au monde de… sucre !