Aïe aïe aïe… la météo prévoit maintien de ce type de temps pour les 14 jours à venir et pour tous les pays andins : 8-11 la nuit, 18-20 au plus chaud, et pluie tous les après-midi… C’est 5 degrés sous les normales, et beaucoup plus mouillé… M’enfin, il va falloir faire avec.

 

Notre quartier, comme sans doute toute la ville, est très animé en ce jour férié. Beaucoup de promeneurs, majoritairement jeunes, atmosphère joyeuse. Nous cherchons et trouvons une agence Avianca, pour apprendre que tous les vols vers Popayan sont supprimés cette semaine pour cause de grève des pilotes… Décision : nous allons donc louer une voiture vendredi pour 3 jours pour aller jusqu'à Cali, grosse ville au sud un peu avant Popayán, et continuer en bus vers l’Ecuador.

 

En attendant, promenade dans La Candelaria : Universitaria del Rosario (1650), devant laquelle se tient, en plein air sur la petite place, la ‘bourse aux émeraudes’ ( !) ; Plaza de Bolivar, el Libertador qui fit de la Colombie le 1er état indépendant d’AmSud en 1810 ; sur la place, joyeuses sculptures urbaines (en plâtre) d’un Chinois visiblement influencé par Botero ; casa del Florero, petit musée de l'indépendance ; déjeuner au resto végétarien repéré la fille (‘menu ejecutivo’ très bon et pas cher) ; repos à l'hôtel (réservation Avis aéroport) ; musée de l’or (la motivation première des Cons-qui-s’adorent…) ; ‘café’ Puerta Falsa, où nous gouterons le ‘pan de bono’ (pain au fromage) et le ‘tamal’ (riz au poulet cuit dans feuilles de plantain), avec un… chocolat chaud ( !) ; musée Botero (né à Medellin en 1932) ; retour à l'hôtel entre deux énormes orages.

 

Soirée ‘ordi’ (il y en a 4 disponibles 24/24).