Petite précision sur le nom de l'extraordinaire glacier Perito Moreno. Le nom complet de son 'decouvreur' est Francisco P. Moreno, mais P c'est pour Pascuasio, l'enfant de Pâques. Perito, qui signifie expert comme Nico me l'a appris hier soir, n'est qu'un surnom rajouté par la communauté scientifique. Donc, il ne s'agit pas de ‘petit chien brun’ mais de ‘Expert Moreno’, ce qu’on peut encore traduire par ‘Expert en moraines’ et qui lui va bien mieux.

A part ça, plutôt qu'un concours de jeux de mots (que je serais sur de perdre si le cousin Henri B, mon maitre, y participait), je vous propose un grand concours de circonstances dont nous sommes, pour l’instant, les grands gagnants…

Circonstance n.1 : Voulant acheter un ‘prepago’ argentin pour le téléphone en arrivant à El Calafate, il y a 2 jours, nous découvrons que c’est impossible car les étrangers qui veulent acheter une ‘tsip’ (chip) doivent s’enregistrer, et ceci est seulement possible dans ‘una gran ciudad’…

Circonstance n.2 : Hier après midi, ayant accès à l’ordi de l’Hospedaje, nous décidons de réserver le vol Trelew-BuenosAires du 22/12 ainsi que le studio sélectionné pour la semaine 22-29 dans la capitale, ces deux résa étant payees en totalité, naturellement...

Circonstance n.3 : N’obtenant aucune confirmation du portail de vols (Go Voyages, notre habituel), nous les relançons, et nous finissons par recevoir, ce matin, une réponse de leur bureau parisien nous informant que les prix ont changé et qu’il faut payer 37€ de plus…mais sans nous dire comment le faire !

Circonstance n.4 : En regardant les nouvelles ce matin dans la salle petit-dej, nous apprenons que c’est le chaos aérien autour de BuenosAires, nombreux vols annulés par grève contre la réforme des retraités votée la veille, 20000 personnes en rade dans tout le pays… Et notre studio loué sans possibilité d’annuler !

Circonstance n.5 : Après avoir écrit un courriel désespéré à notre gentille Marie-Claude pour lui demander d’aller payer pour nous le supplément de 37,04€, Sue insiste pour que nous allions faire un tour au bureau de Aerolineas Argentinas en ville… Et là, nous trouvons le bureau assailli, bien sur ! Mais, à la longue (« una horita... ») nous finissons par parler à un employé qui, très calme, nous annonce que nous sommes bien inscrits sur le vol de BA et nous en donne certificat écrit !

Résultat du grand concours de circonstances : Sue, bien sur ! Et qui le mérite bien, tant j'étais un peu énervé depuis hier… 😒 Et c’est donc dans cette semi-certitude, teintée d’incertitude, que nous nous rendons au joli aéroport tout neuf de El Calafate. Pas de wifi d'aéroport, donc pas possible de reprendre le feuilleton avant le wifi d'hôtel de ce soir…

En attendant, nous révisons l’histoire de l’Argentine, nommée ainsi (et le rio de la Plata itou) à cause du mythe des ‘fabuleuses mines d’argent’ qui jamais n'existèrent. Pendant plus d’un siècle après ‘la conquête’ tous les territoires dépendaient de l'unique vice-royauté du Pérou, et il a fallu la création fin 18eme d’une vice-royauté atlantique pour que l’Argentine commence à exister, que les criollos aient soif d'indépendance, qu'ils chassent les Espagnols (et aussi un corps expéditionnaire anglais débarquant en 1806 !) et que, guidés par San Martin (le Bolivar de la Pampa), ils déclarent l'indépendance en 1816. Commence alors un siècle d'instabilité politique où les dictatures laissent peu de place à la démocratie. La période Peron (1942-1955) est un mélange qui carbure surtout aux mesures sociales (type Front Popu), à l’or des nazis (60000 au total), et bien sur à la force de conviction et au magnétisme d’Evita (morte de leucémie en 1952). Un retour raté dans la fin des années 1970 ouvre la voie à la « longue nuit des généraux » (près de 20 années). La suite demain.

Avion tranquille, donc, jusqu'à Trelew, ville de 125 000 hab aujourd’hui, créée par des ‘colons gallois’ au 19ème. Là, nous allons faire très fort dans l'efficacité :

  • Roulé 60 km dans la pampa désertique jusqu'à l’autre colonie galloise, Puerto Madryn, 75 000 hab, station balnéaire assez sympa
  • Acheté une ‘tsip’ et un ‘prepago’ chez Claro (2 Go pour 10 jours pour 5€ !), après 3 ou 4 points de vente
  • Constaté en reprenant la voiture que nous avions un PV de stationnement !
  • Decidé d’aller dormir ce soir et d’aller payer demain matin tôt avant de partir à la ‘chasse aux manchots'... Bonne nuit !