Vues du 22ème étage de notre immeuble (où se trouve la laverie...)

 

Et puis nous prenons le métro...

 

... quasi neuf, et joliment décoré...

 

 

... jusqu'au quartier Las Condes, où nous avons rendez-vous avec Steph et Alex pour un délicieux desayuno chez la tante d'Alexandra.

118420840_m 

En fin de matinée, nouveau rendez-vous, mais chez Cécile et David Fourcade (de Tarbes !)...

 

...et leur petite Julia, dans un superbe appartement du 8ème étage donnant sur le Forestal !

 

En fin de journée, balade dans le quartier Bellavista au pied du cerro San Cristobal, artiste et écolo,...

 118420849_m

... où coexistent belles demeures d'antan, parfois délabrées, et petites masures colorées...

 118420853_m

... et notamment la 2ème maison de Pablo Neruda, la Chascona "aux cheveux emmêlés"

118420851_m 

 

Réveil 8h (c’est tôt, car on dort bien dans notre appart !), parce que nous avons deux rendez-vous en ville ce matin :

1er RV : Petit-dej avec Stéphane et Alexandra. Nous nous lançons dans le métro de Santiago, station Bellas Artes, achat d’une ‘carta Bip’, valable pour plus d’1 personne, et d’une ‘recarga’ de plusieurs voyages, le tout pour 5000p (7€) ; très beau métro, pas très vieux, belle déco, grand²es fresques ; arrivés à Escuela Militar (8 stations), nous finissons par retrouver Stephane et Alexandra en voiture, celle de la tia (Alex en a…9 !) chez qui nous allons partager le petit dej ; magnifique appart, belle vue sur ce barrio Las Condes (très cossu…) où nous sommes attendus pour déjeuner demain (par des amis des Morin) ; agréables retrouvailles avec S et A autour d’un bon petit dej, mais Noémie est restée chez sa grand-mère ; et récup de la nouvelle carte bancaire de Sue, à activer demain matin dans un cajador intérieur a une banque... PARLER DU QUARTIER !!!

2ème RV : Apéro chez Cécile et David Fourcade.

Nous y arrivons en métro + à pied à travers le Forestal. Cécile nous ouvre, avec Julia, David est chez le coiffeur. Incroyable appart au 8eme étage avec grand balcon sur le Forestal et le Cerro San Cristobal. Agréable moment à deviser et surtout à regarder le superbe livre de photos (Pixum sur internet, 80€) de leur formidable voyage/trek à travers Brésil, Argentine et Chili en 2013. David rentre au moment où nous partons, et Julia qui s’était endormie dans la cuisine se réveille.

Ces deux coups d’œil dans la vie de ces deux jeunes couples, aventureuse d’un certain point de vue, un peu (trop) facile d’un autre, nous ont un peu sortis de notre bulle. C’est vrai que leurs voyages, passés ou à venir, paraissent plus spectaculaires que le notre. C’est vrai que contrairement à nous ils ont vraiment marché sac au dos et dormi à la dure. C’est vrai qu'ils ont souvent ‘essayé des trucs’ (trek en Terre de Feu, stop en camion, parapente,…) que nous n’avons pas osés ou n’oserons pas tenter. Mais…

Mais, tout d’abord, ils ont la moitié de notre âge, voire moins. Mais ils sont d’une génération qui traite le monde comme nos grands-parents traitaient leur village, nos parents leur pays, et nous-mêmes notre continent. Mais, surtout, leur tourisme est bien plus une quête d'adrénaline et d'émotions fortes qu’une lente, patiente, et forcément lacunaire, découverte d’autres groupes humains avec leurs langues, leurs coutumes et leurs traditions, et leurs façons de les vivre aujourd’hui sous d’autres latitudes et longitudes que les nôtres. D’une certaine façon, je trouve presque… indécent de traverser le continent sud-américain sans parler espagnol ou portugais, sans connaître la vie ou même le nom de ceux qui se sont battus pour la conquête puis d’autres pour la liberté, ou, pire encore, de ne pas chercher à les comprendre ou les connaître.

Pour laver cette ombre à notre AmeSud, nous montons au 22ème étage… laver notre linge. Il y a en effet en haut de notre tour une superbe laverie avec 8 lave-linges et 8 séchoirs. Autre avantage du petit appart, décidément bien agencé.

Puis c’est notre promenade d’avant-diner, c'est-à-dire 18-20h, où nous allons ce soir voir un peu à quoi ressemble le barrio Bellavista, au nord du Rio Mapucho. Réputé refuge pour les intellos et surtout les rebelles au régime fascisant de Pinochet, il est aujourd’hui très assagi : petites maisons basses colorées, maisons du 19eme avec leurs jardins, mais surtout pas mal de clubs, cultureux, théâtraux ou musicaux, avec hélas la crasse et le délabrement qui semblent aller avec. Dans ce contexte, au pied du San Cristobal, la 2eme maison de Neruda, la Chascona (surnom donné à son épouse du moment aux cheveux emmêlés…) détonne un peu.

Au diner, grande platée de légumes bouillis (tomates, champignons, brocolis, et quelques olives pour saler) accompagnant deux petites empanadas du supermarché, plus framboises et ananas au yaourt pour le dessert…